Lycée François d'Estaing

Tutelle Don Bosco

maisons-tutelle-don-bosco

Exercer dans une maison salésienne, comme professionnel ou bénévole, revient à assumer un engagement au service des jeunes, mais également à faire siennes une vision de l’homme et une démarche éducative, pédagogique, et pastorale qui s’inspire de Don Bosco.


Un regard salésien sur les jeunes est :

  • Un regard de confiance (croire en chaque jeune que nous rencontrons).
  • Un regard d’espérance (pour progresser, le jeune a besoin de mémoriser des réussites).
  • Un regard d’affection (accueillir chaque jeune comme il est et désirer que sa personnalité grandisse par un incessant dépassement de lui-même, dans un profond respect de chacun).

Discours d’Ouverture, par Pierre Chantret, le mardi 31 janvier à Rodez, à l'occasion de la Saint Don Bosco :

Bonjour ! Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue à la Fête de Don Bosco et de Saint François de Sales !

Oui, vraiment, soyez les bienvenus dans cette chapelle !

Et permettez-moi, car il est encore temps en ce dernier jour de janvier, de vous souhaiter une bonne année 2023 !

Mais en réalité, que faisons-nous là ce matin ?
Je veux dire… A quoi bon, en 2023, célébrer la Saint François de Sales ?
Pourquoi, chers amis, pourquoi célébrer la fête de Don Bosco ?

Et d’abord, qui sont-ils ?

Que faisons-nous là ?

Nous avons demandé aux élèves, nous les avons interrogés…

Connaissez-vous Don Bosco ?

Qui est Don Bosco ?

Au vu des réponses disparates données je pense que vous aurez deviné que toutes ne sont pas justes, mais que toutes ne sont pas fausses !

Il est vrai que la vie de notre Saint Patron est aussi trépidante qu’une série télé et plus palpitante qu’un animé japonais, pour reprendre les mots de Gaspard entre autres…

Mais étant donné les nombreux élèves de FDE qui confessent ne rien en connaître, laissez-moi vous conter l’histoire de DON BOSCO ! 

Imaginez-vous en Italie en cette fin du 19ème siècle, un pays morcelé, en quête d’unité.

Imaginez-vous dans cette nation où la population cherche une vie meilleure dans des villes en proie à l’industrialisation.

Imaginez-vous l’exploitation des gamins dans les faubourgs italiens.

Tel est le siècle dans lequel vit Jean Bosco.

Jean est né en 1815 près de Turin dans le Piémont. Issu d’une famille paysanne, il perd son père très tôt. Élevé par maman Marguerite, il aspire à faire des études. Une rencontre avec un prêtre l’y encourage. Il exercera alors divers métiers pour payer ses études.

Auprès des jeunes, comme animateur, il trouvera sa véritable vocation.
Les jeux, les tours de magie et les acrobaties qu’il présente à ces jeunes redonneront une lueur d’espoir aux adolescents malmenés.

En 1841, à l’âge de 27 ans, il concrétise son rêve : il est ordonné prêtre. Il découvre alors la misère des faubourgs de Turin.

Voyez ces enfants exploités dans les chantiers, voyez ces enfants innocents croupissants dans de sordides prisons les brutalisant.

Le 08 décembre 1841, c’est la révélation pour Jean : il redécouvre sa vocation en rencontrant l’un de ces enfants.

Alors qu’il s’apprête à célébrer la messe, Jean voit un jeune qui se fait mettre à la porte de l’église car il ne porte que des guenilles… Don Bosco ose et il s’interpose. Il accueille cet enfant des rues, il lui montre qu’il est à la messe le bienvenu, peu importe la manière dont il est vêtu… Et surtout, il s’intéresse à lui : il lui parle, le fait rire et valorise ses talents…

Le dimanche suivant, le jeune revient avec 10 amis, puis 50, puis 100 !

Tous ces jeunes deviennent alors la priorité de Jean Bosco : il se donne pour mission de les accueillir et de leur offrir une seconde vie.

Il demande aux patrons de créer des contrats d’apprentissage, il ouvre son premier foyer, sorte de patronage, le Valdocco, à la fois lieu de loisirs et d’évangélisation. Les activités se développent : cours du soir, foyer d’apprentis, école secondaire et camp de vacances.

Très vite, Don Bosco responsabilise les “grands jeunes” pour accueillir et accompagner les nombreux “nouveaux”. Sur cette lancée, il fonde la société des Salésiens pour rassembler et organiser l’investissement des religieux et des laïcs qui participent à son œuvre.

L’avez-vous vu venir ? Salésien ? Salésien… comme dans… Saint François de Sales, exactement !

Don Bosco baptise donc sa compagnie en référence à Saint François de Sales, ce Saint dont il admire la bonté, le sens de la communication et l’intelligence.

« Faites tout par amour, rien par force » disait Saint François de Sales. Cette devise colle plutôt bien avec notre ami Jean, qui avait l’originalité de privilégier la prévention à la répression.

En somme, pour Don Bosco, chaque jeune est considéré, chaque jeune est accompagné, chaque jeune à le droit à la dignité et chaque jeune à le droit d’être heureux.

En 1888, il décède à l’âge de 73 ans à Turin.

Eh bien, quelle vie ! Mais alors d’où lui vient cet élan ?

A vrai dire il n’y a pas 36 solutions. C’est Dieu qui s’est présenté à lui dès son plus jeune âge pour l’inviter à accueillir et accompagner tous ces jeunes. C’est Dieu qui change tout y compris les lycées.

A nouveau, nous vous avons interrogés, à nouveaux, nous vous avons posé la question :

Mais qu’est-ce que cela peut bien changer, pour vous, d’être dans un lycée catholique ?

Et François d'Estaing dans tout ça ?

Vous l’avez entendu, vous nous l’avez dit : pour certains, cela ne change rien…

…pour d’autres, cela change tout !

A défaut de connaître Don Bosco… A défaut de se reconnaître tous et toutes dans la foi chrétienne…

…la communauté de François d’Estaing peut au moins se targuer d’être salésienne ! Peut-être sommes-nous parfois des salésiens qui s’ignorent, mais des salésiens tout de même !

Vous êtes prêts ? Je m’explique à l’aide de 3 exemples.

LE TUTORAT !  →  l’entraide, vécue chaque semaine, ici à François d’Estaing !

Chers tuteurs, vous êtes salésiens à chaque fois que vous donnez de votre temps pour celles et ceux qui se trouvent démunis devant des suites arithmético-géométriques, devant des schémas de tectonique des plaques ou face à un sujet farfelu de mécanique.

A chaque fois que vous usez de vos talents avec patience et altruisme, vous êtes le plus salésien de tous les salésiens !

LA PASTO KIDS !

A Sainte Procule, à Conques et bientôt à Saint Jo… vous êtes les Don Bosco de Rodez ! Les animateurs qui rassemblent, font rire et transmettent sans en avoir l’air !

LA MESSE !

Musiciens, chanteurs et théâtreux… autrement dit saltimbanques de Dieu, qui animent l’Eucharistie…

…et qui rendent audible le premier appel que Don Bosco adresse à tous les jeunes : celui de la Sainteté !

Car oui, notre vocation commune, c’est la Sainteté ! La Sainteté !

Et célébrer la fête de Don Bosco et de François de Sales aujourd’hui, c’est prendre au sérieux cet appel. C’est croire que ces deux chrétiens qui ont marqué l’histoire peuvent nous inspirer et nous accompagner dans notre recherche de Dieu aujourd’hui !

Pour conclure, laissons une nouvelle fois la parole aux élèves, qui nous dévoilent une dernière réalité sur Don Bosco :

Être un lycée salésien, c’est d’abord partager une maison, dans laquelle chacun peut se sentir accueilli et à sa place.

Diriez-vous, chers camarade, que vous êtes un peu “Chez Vous” à François d’Estaing ?

Je vous souhaite, chers amis, une bonne célébration de la Saint François de Sales et de la Saint Don Bosco !